2017 approche et, avec elle, la longue liste d’objectifs que nous avons tous. Combien d’entre vous ont envisagé de courir un marathon? Ou même finir un IronMan?

Ces dernières années, il y a une grande tendance dans le monde de la course à pied (anciennement connue sous le nom de course à pied) et c’est que tout le monde veut créer sa propre collection de médailles.

Évidemment, nous sommes convaincus que la course à pied peut être une très bonne activité physique et qu’elle peut nous apporter de grands bénéfices puisque, comme l’explique le Journal of the American College of Cardiology , rouler à vitesse réduite peut réduire le risque de mortalité jusqu’à 30%, mais ici on va parler de gens qui vont plus loin, qui veulent faire rouler 6 IronMans en un an ou qui s’entraînent en courant plus de 4 heures.

La longue distance a un grand impact métabolique sur notre corps , non seulement pendant le test, mais elle nous affectera également dans les jours qui suivent. Le cœur est un muscle et doit être traité comme tel. Nous aurons besoin d’une adaptation progressive et graduelle qui nous permette d’améliorer leur fonction de pompage pour répondre aux demandes en oxygène de nos muscles tout au long du test. Avec cette adaptation cardiovasculaire, nous augmenterons également le nombre de capillaires dans chaque muscle et, par conséquent, nous améliorerons l’apport de sang et d’oxygène dans ces derniers.

maraton-valencia

Mais ce n’est pas tout, il faut être clair que nous ne sommes pas une élite et que par conséquent nous ne finirons pas les 42 km d’un marathon en 2h qu’un Kenyan le fera, mais ATTENTION! Ils sont l’élite des interurbains et ils sont payés pour cela. Nous le ferons en 4, 5 voire 6 heures et c’est une course longue et un impact bestial pour nos genoux (ligaments, ménisques, etc.). Et si on le compare avec un Ironman, cet impact est multiplié. Il est vrai que vous courez la distance marathon, mais cela se fait après presque 4 km de natation et 180 km à vélo! La fatigue musculaire avec laquelle nous avons commencé le marathon est impressionnante!

Il y a des experts de la longue distance qui recommandent de courir 60 kilomètres (ce qui est dit tôt) par semaine pour bien se préparer à un marathon. Bien que nous parvenions à faire un bon entraînement, planifié à l’avance et ajoutant de nombreux kilomètres chaque semaine, il faut être clair que ce n’est pas la même chose de courir 60 ou 80 kilomètres en une semaine, que d’en courir 42 en une journée! Par conséquent, nous devrons être particulièrement prudents lors du choix des vêtements que nous porterons et utiliser de la vaseline dans les zones les plus conflictuelles (anglais, aisselles, tétons, soutien-gorge, etc.)

_89414642_89414641

Il ne faut pas oublier que le plus important de l’activité physique et du sport sont les nombreux bienfaits qu’ils nous apportent si nous le faisons régulièrement et dans les limites de chacun. Il convient également de préciser que plus nous nous rapprochons de l’élite d’un sport, plus nous nous éloignons du côté sain de celui-ci.

Si malgré tout cela, nous voulons exécuter ce test de rêve, nous devrons prendre en compte les règles suivantes pour minimiser les éventuels effets indésirables de celui-ci:

  • Réaliser un test de résistance la semaine avant le test et, si les résultats ne sont pas adéquats, respecter l’avis des professionnels et reporter notre exploit.
  • Entraînez-vous, entraînez-vous beaucoup, mais avec votre tête. La meilleure option sera de contacter un coach (avec une bonne formation) qui nous aidera de manière personnalisée à amener notre corps à cet état optimal pour le test.
  • De la même manière qu’il est très important de planifier des séances d’entraînement , il est essentiel d’organiser et de planifier son alimentation avant, pendant et après la course. Par conséquent, nous devons consulter un nutritionniste pour obtenir des conseils.

Si nous avons accompli tout cela et que le test de résistance nous dit que nous sommes dans le meilleur état possible, nous pouvons courir. Mais même ainsi, bien qu’il semble que nous ayons tout en faveur, pendant le test, nous devons écouter notre corps (avec la formation nous apprendrons à le faire) et, si à tout moment nous nous sentons mal, étourdis ou avec un pouls trop rapide, nous devons nous arrêter. Dans ces tests où l’on met le corps à la limite, il faut être très clair qu’il vaut mieux se retirer à temps que de regretter plus tard.

Ne soyons pas dupes … tout le monde ne peut pas courir un marathon, ni ne le devrait! Allez courir, écoutez votre corps et, surtout, sortez et amusez-vous !!